Transports en commun, piste cyclable, trottoir, zone piétonne

Oxford, ne plus faire de voies pour les voitures

Oxford était probablement l’une des premières villes du Royaume-Uni à adopter une politique de modération de la circulation et à abandonner la construction de routes comme une solution à ses problèmes de transport, et grâce à ses efforts soutenus, est l’une des villes les moins tributaires de l’automobile au Royaume-Uni.

Source : Urban Transport Group - Air Quality in the City Regions, A Transport Toolkit

A Nantes, de plus en plus de marche à pied dans les déplacements

Depuis l’arrivée du tramway en 1985, Nantes a limité, dans le centre-ville, les voies de circulation dédiées aux voitures, mettant en place des réseaux pour les piétons et les cycles (cf. actions 3&4 ; 9&10 ; 20).

Avec un quart des déplacements, la marche à pied (24 %) et la bicyclette (2 %) progressent sensiblement par rapport à 2002, ce qui rompt avec les habitudes antérieures des Nantais. Ces modes de déplacements, quoiqu’en forte augmentation, restent cependant en retrait, puisqu’ils assurent un déplacement sur trois dans les grandes métropoles de province. L’introduction, en mai 2008, d’une offre de vélos en libre-service baptisée « Bicloo » constitue l’un des leviers incitant à la pratique du vélo, à côté des autres offres de location de vélos, de la réalisation d’aménagements cyclables et des chemins piétonniers et des orientations en faveur d’une forme urbaine plus dense dans la métropole. La bicyclette est plus fortement utilisée pour les déplacements vers le lieu de travail (4 %) que pour l’ensemble des déplacements des Nantais, alors que la marche n’assure que 7 % des déplacements de ce type.

Par ailleurs, l’utilisation des deux-roues motorisés a progressé sensiblement depuis 2002, surtout pour les habitants de l’extérieur du périphérique.

Source : la Revue du CGDD, Service de l’observation et des statistiques, La mobilité des Français, Panorama issu de l’enquête nationale transports et déplacements 2008, décembre 2010.