Synthèse outils : monitoring chaîne approvisionnement

Pour les rapporteurs de « Straightsol », les technologies disponibles sont très séduisantes mais aussi très coûteuses, dès lors qu’il s’agit de généraliser le système. Il convient de mener une réflexion sur le coût/bénéfice de leur mise en place, en particulier sur les systèmes d’information en temps réel. Les autres écueils repérés sont l’autonomie de ces dispositifs (suivi des marchandises sur des longs trajets) et la compatibilité des différents dispositifs de suivi des marchandises, entre eux et avec le système de collecte, d’analyse et de communication des données recueillies. Ces éléments pris en compte, ces dispositifs peuvent apporter de réelles plus-values pour les logisticiens et pour leurs clients. Ils sont un outil mobilisable pour renforcer la qualité du service, pour mieux gérer les stocks et le trafic des véhicules de livraison.

Trois types de monitoring ont été expérimentés :

a) le suivi du transport de marchandises durant l’acheminement des biens par chemin de fer (rail tracking)

b) le contrôle à distance du remplissage de containers (les containers à vêtements d’ « Oxfam »)

c) le suivi de la chaîne d’approvisionnement avec une plateforme numérique pour une circulation plus efficace de l’information (le centre commercial Stovner à Oslo)

Dans ces trois projets, les échanges entre les parties prenantes ont été essentiels pour que le dispositif de monitoring puisse remplir sa fonction.

Dans un cadre multinational, en avril 2015, le groupe marseillais CMA CGM a lancé une application mobile qui permet à ses clients de connaître la position de leurs marchandises en temps réel. Grâce à elle, tous peuvent connaître la position des marchandises, les horaires de départ des navires et en savoir davantage sur les différents services proposés par la compagnie. L’application, qui vise à répondre à 34 % des appels émis par la clientèle, est disponible en cinq langues sur l’App Store et Google Play. L’outil valorise la plateforme e-commerce développé depuis 2013 pour une meilleure gestion du parc de conteneurs.