Suivi marchandises, gestion entrepôt à Thessalonique

Un système de suivi de wagons a été mis en place sur un trajet interurbain. Le dispositif de monitoring a été relié à l’intranet des entrepôts de K+N à Sindos pour une localisation en temps réel des marchandises, consultable par les gestionnaires de l’entrepôt et par l’ensemble des personnes impliquées dans la chaine logistique.

L’objectif était de permettre une meilleure organisation de la « logistique du dernier kilomètre », en informant les destinataires du moment d’arrivée de leurs marchandises (et éviter le temps d’attente) et mieux gérer les tournées de livraison. Il s’agissait aussi d’automatiser les procédures et de gagner en fiabilité et en qualité de service de la chaine logistique.

Les principaux défis de l’expérimentation ont été :

  • La durée de vie limitée des batteries des dispositifs GPS (7à 8 jours max).
  • Des problèmes techniques pour faire fonctionner les dispositifs GPS et dans la compatibilité des protocoles de transmission des données.
  • La pose et l’enlèvement des dispositifs GPS sur les wagons.

Les enseignements ont été :

  • Avant l’expérimentation, 26% des wagons avaient des retards de plus de 24h, provoquant des erreurs dans la distribution à leur arrivée. 11,5% des wagons étaient annulés.
  • « K&N » a réduit la taille de l’expérimentation en raison des coûts des dispositifs GPS (6 dispositifs au lieu de 202).
  • Les trajets des camions ont diminué de 4,5% (km par mois) tout comme les émissions de CO2. Il y a eu un gain de temps de 9% et une augmentation de la ponctualité des livraisons de 4%. Il y a eu une satisfaction croissante des clients et une sensibilisation des parties prenantes aux impacts environnementaux de la chaîne logistique.

Les suites :

Les problèmes techniques rencontrés restent des écueils à dépasser pour mieux exploiter le nouveau dispositif.

Il y a des opportunités avec l’accroissement de la taille d’une des parties prenantes et les chemins de fer grecs ont l’intention d’incorporer les dispositifs GPS à leurs infrastructures.