Centre distribution urbain DHL pour "Hospitalet Llobregat"

Un CDU hybride a été testé du 18 février au 31 mai 2013, en réunissant des chaines logistiques de plusieurs clients de DHL en Espagne et en impliquant les petits commerçants du centre-ville.

L’objectif était de lutter contre l’encombrement du centre-ville (de nombreux commerces et pas d’espaces de livraisons), dans un contexte d’absence de régulation de la logistique urbaine et d’une volonté forte de la mairie de s’impliquer.

Les principaux défis de l’expérimentation ont été :

  • L’implication des commerces a été difficile et longue. Les réticences venaient du fait que la logistique n’est pas leur préoccupation principale (tout comme les problèmes causés par les livraisons), les coûts de livraison sont inclus dans le prix des produits et ne sont pas perçus comme des coûts en eux-mêmes. La crise économique a fragilisé l’activité des commerçants.
  • Trouver un équilibre financier une fois les fonds initiaux utilisés.

Les enseignements ont été :

  • La flexibilité et la synergie sont essentielles : flexibilité pour mélanger différents types de chargements, synergie pour combiner et optimiser toute la chaine d’approvisionnement.
  • Les grosses chaînes logistiques sont presqu’entièrement optimisées mais peuvent intégrer de petits volumes supplémentaires.
  • L’utilisation d’infrastructures préexistantes est une des clés de la réussite car cela réduit les coûts d’investissements
  • L’implication de la municipalité est essentiellement pour impliquer les commerçants et pour promouvoir le dispositif.
  • Les coûts de distribution ont été réduits de 25% ; les coûts de manutention du terminal sont élevés et difficiles à compenser.
  • La baisse de production de CO2 a été estimée à 25%.
  • L’appréciation des usagers a été diverse : les plus impliqués ont été les plus satisfaits, d’autres ont eu des problèmes pour s’adapter aux changements de procédures.
  • Les kilomètres parcourus ont diminué de 25% ; le taux de remplissage des véhicules est passé de 68 à 73%.
  • 727 livraisons ont été effectuées concernant 350 000 colis, soit 9.7 livraisons par jour.
  • 7% des livraisons concernaient des petits commerçants.

Les suites :

Développer l’expérience à une plus grande échelle est essentiel : en impliquant plus de petites enseignes en centre-ville ou aux alentours, ou impliquer d’autres gros clients (hôpitaux, administrations, universités, grandes surfaces…).

Le travail de la municipalité pour faire prendre conscience des enjeux de la logistique urbaine continue.

La rentabilité du dispositif (business model) a besoin de nouveaux revenus pour compenser les coûts. Les pistes envisagées sont des prestataires de services logistiques qui pourraient payer une contribution aux gestionnaires du centre de logistique.

Les commerçants pourraient payer une taxe que la mairie pourrait, au moins partiellement, rembourser par des exemptions d’autres taxes.